Diner du Cercle Richelieu Senghor
Sénat, le 6 février 2018

« L’action européenne et internationale de la région Ile de France : vers une diplomatie des métropoles ? Présentation du réseau Sprint », par M. Jacques BELTRAN

Introduction :

  • M. BELTRAN est le Directeur général adjoint en charge des affaires européennes de la coopération internationale et du tourisme de la Région Ile-de-France

  • Présence de M. Yonggang Li, représentant de la province Chinoise du Sichuan, où plus d’une centaine d’entreprises françaises sont représentées

  • Présence de Gaël de Maisonneuve, délégué aux affaires francophones auprès du Ministre de l’Europe et des Affaire étrangères

  • Objectif du Cercle : Refléter la présence et la diversité de la francophonie sur les 5 continents, et s’ouvrir vers l’entreprise et la francophonie économique

  • Il y a quelques mois, la Présidente de la région se trouvait à Beyrouth où elle s’occupait d’un incubateur de start-ups francophone : SPRINT, que qui a retenu l’attention de M. BOGEAT et lui a permis de rencontrer M. BELTRAN.

  • Campagne « Mon idée pour le français » : action citoyenne pour la promotion de la langue française : tous les francophones et francophiles sont invités à apporter leur contribution (https://www.monideepourlefrancais.fr/fr)

Intervention de Jacques BELTRAN :

  • Sujet : la diplomatie de métropole

  • L’Ile-de-France est une grande métropole mondiale mais également une « région monde » : 12 millions d’habitants, dont environ 1 million d’Algériens, mais aussi des Marocains, des Tunisiens, des Chinois, des Arméniens…

  • 3 axes stratégiques principaux :

  1. « Région Monde » implique que les liens entre l’Ile-de-France et le reste du monde existent déjà, il suffit alors de développer ces liens (Priorité donnée au continent Africain)

  2. Développement économique : aider nos entreprises à investir dans ces pays et convaincre les entreprises de ces pays de venir chez nous. Les régions sont la bonne échelle de collectivité pour prendre le contrôle de la stratégie économique, qui s’applique à l’international.

  3. Soutien d’associations humanitaires et d’ONG dans les pays en question.

  • Choix d’introduire une nouvelle méthode : L’ancienne politique était celle du « chéquier », qui ne semble pas être la plus efficace. Quand il s’agit de micro-associations humanitaires, l’impact est limité. L’objectif est de se concentrer sur des projets de plus grande importance, comme au Mali en ce moment. Plutôt que de verser des subventions, l’apport d’expertise semble plus pertinent.

  • Création d’un label « Paris Région Expertise », afin d’offrir aux partenaires étrangers un accès au savoir-faire francilien. En effet, sur le terrain, les remontées s’alignaient sur un manque d’accès à l’expertise plutôt qu’un manque de financement. Exemples du Wali d’Alger et de la rénovation de la Casbah d’Alger, ainsi que du contrôle de la qualité de l’air à Hanoï avec la proposition d’une visite à Paris et des rendez-vous avec des experts tels qu’Airparif.

  • Insistance sur la francophonie et le multilatéralisme : Coopération de trois Etats, a minima.

  • Mise en place de partenariats avec des incubateurs de start-up « vertes et sociales », comme Inco : Inco se charge de l’émergence d’incubateurs de start-up dans des pays partenaires, et la région Ile de France va, quant à elle, convaincre les collectivités de faire adhérer leurs start-up à ce projet : création du 1er réseau d’incubateurs francophones SPRINT (Startup Paris Région International).

  • Un des meilleurs moyens de promouvoir la francophonie est de rendre les Franciliens bilingues Anglais/Français, voire polyglottes, afin de notamment mieux recevoir les touristes. A cet effet, lancement d’une initiative : « La région multilingue ». Il s’agira d’une plateforme destinée aux franciliens, gratuite, qui permettra d’apprendre les langues étrangères.

  • Volonté d’une extension du réseau, notamment au Québec et au Liban : Le Québec et les entreprises québécoises se développent énormément sur le continent Africain, mais les codes leur manquent parfois. L’Ile-de-France servirait alors de relais.