Le mot de la Présidente
 
Intervention d’Anne Magnant, présidente du Cercle Richelieu Senghor de Paris
à l’occasion des vœux du Cercle pour 2010
 
 
Chers membres du Cercle Richelieu Senghor, chers amis du Cercle, je suis heureuse que cette réception traditionnelle pour les vœux nous permette de nous retrouver avec nos amis. Je vous souhaite à tous une très bonne année pour vous- mêmes, vos familles, vos activités et vos projets. Mes vœux s’adressent également aux représentants des institutions publiques françaises, de l’OIF et des pays adhérant à l’OIF. Je remercie Frédéric Bouilleux et Xavier North de leur présence ce soir ainsi que de leur soutien amical et tiens à saluer Mme Maïmouna Sourang Ndir, ambassadeur du Sénégal ; j’espère que nous la verrons désormais souvent parmi nous. Je souhaite aussi une très bonne année à notre Cercle.
 
Le Cercle Richelieu Senghor de Paris
 
Avant de retracer nos activités de 2009 et de vous faire part des projets pour 2010, je voudrais vous dire que le Cercle va bien, le nombre de ses membres augmente, et tous sont prêts à apporter leur concours au développement de ses activités. En 2009, nous avons accueilli cinq nouveaux membres, nous en avions accueilli quatre en 2008, nous avons deux candidatures en attente du prochain conseil d’administration. Nous sommes maintenant un peu plus de cinquante. Mais il nous reste encore de la marge pour atteindre le nombre de quatre-vingt fixé par Senghor.
 
Le Cercle est désormais un véritable Cercle, dont les membres sont réunis par des liens amicaux et prennent une part active aux travaux et à leur organisation. La plupart des activités ont été organisées par des membres du Cercle ; après une longue suspension, l’annuaire des membres du Cercle a été réédité au début de 2009. Il est très apprécié et facilite grandement les relations entre les uns et les autres. Son édition 2010 vous sera diffusée le mois prochain ; enfin, à la demande de plusieurs d’entre vous, un règlement intérieur destiné à préciser le fonctionnement du Cercle, notamment pour les nouveaux membres, a été élaboré et adopté par la dernière assemblée générale ; je remercie Odile Bourguignon pour son concours.
 
Les activités de 2010
 
A l’occasion de nos dîners-débat, nous avons continué de privilégier des thèmes de réflexion proches de l’actualité  Nous avons organisé un dîner sur les droits de l’homme, animé par le Bâtonnier Paul Albert Iweins pour marquer les soixante ans de la convention internationale des droits de l’homme. Nous avons reçu SEM Marc Lortie, ambassadeur du Canada, qui nous a parlé du « Canada face aux grands défis de la mondialisation » ; nous avons invité M. Vincent Michel, président de la Fédération des aveugles et handicapés visuels de France, à l’occasion du bicentenaire de Louis Braille. Nous avons évoqué la situation de la Belgique avec Hervé Hasquin, Secrétaire perpétuel de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, quelques mois avant sa présidence de l’Union européenne. Nous avons aussi reçu le prince Samyl Sisowath qui nous a fait un brillant exposé sur le Cambodge. Nous avons également organisé des dîners sur des thèmes plus ludiques, telle la soirée consacrée à « la table française ». Les 10 mots en chanson de la semaine de la langue française nous ont laissé un très bon souvenir, je pense en particulier à l’interprétation du chant des canuts par Bernard Dorin et surtout à celle de Mexico par Alexandre Guyot.
Tous ces dîners ont été organisés par des membres de notre Cercle et je tiens à remercier très chaleureusement Chantal de Varenne, Jean-Pol Baras et Roger Hotermans, Jules-Marc Baudel, Jacques Gonzales et Jean-Gabriel Senghor.
 
Le prix Richelieu Senghor a été remis le mois dernier à Henriette Walter, linguiste et amie du Cercle, ainsi qu’à Hubert Joly, secrétaire général du Conseil international de la langue française. La soirée qui a suivi a été l’occasion de riches discussions sur la langue française. Ce prix, qui distingue un acteur remarquable de la francophonie, est placé sous le haut patronage de M. Abdou Diouf et Clément Duhaime a bien voulu participer à cette cérémonie.
 
Enfin, avec le comité d’organisation, nous avons rédigé les actes du colloque du 1er décembre 2008 « Vers une nouvelle francophonie en Europe ? ». Nous avons également élaboré des propositions pour l’OIF ainsi que pour les pouvoirs publics français et ceux des pays adhérant concernés. Ces propositions, avalisées par le conseil d’administration, font partie intégrante des actes. Ceux-ci ont été imprimés sous la forme d’un élégant ouvrage et ont pu être diffusés à partir du début juillet. Je tiens à remercier Bernard Dorin, Françoise Mosser, Henry de Suremain, Jules-Marc Baudel, Adrian Mcdonnell et tout particulièrement Marc Moingeon grâce à qui l’impression de l’ouvrage a pu être réalisée dans d’excellentes conditions.
 
Je tiens à remercier tout particulièrement les membres du bureau, Nathalie Brousse, notre secrétaire générale qui assume avec une grande maitrise la difficile gestion des inscriptions aux manifestations et fait des plans de tables très appréciés, ainsi que notre trésorier, Philippe Valois, qui s’occupe également de l’annuaire et du site internet. 
 
Quels sont les projets pour 2010 ?
 
Nous allons, tous ensemble, continuer de faire vivre le Cercle en développant entre nous des liens amicaux, et ne prenant part au débat sur la francophonie et le dialogue des cultures.
 
Je vous avais dit, il y a un an, que je souhaitais que la plupart de nos dîners soient organisés par des membres de notre Cercle. C’est vraiment chose faite maintenant. Les dîners du premier semestre sont déjà largement prévus, avec le concours de plusieurs d’entre vous : nous parlerons de l’Union méditerranéenne, qui constitue un enjeu important pour la paix et le développement, de la Suisse où se tiendra le prochain sommet de la francophonie, de la transmission de la culture. Nous aurons comme chaque année désormais une soirée ludique pendant laquelle nous chercherons à illustrer les 10 mots de la semaine de la langue française en laissant libre cours à notre imagination.
 
Nous veillons attentivement à ce que nos activités se traduisent par des documents diffusés sur papier ou sur internet. Vous avez reçu les actes du colloque et le dossier de presse du prix ; les textes de nos conférences de 2008 vous seront distribués à notre prochain dîner. Ces textes sont accessibles dans les semaines qui suivent les manifestations sur notre site internet. Les actes de nos colloques y sont également mis en ligne.
Le nombre des documents que nous produisons a conduit le conseil d’administration, sur ma proposition, à décider de revoir l’architecture de notre site internet pour le rendre plus aisément consultable. Un contrat à été signé avec une entreprise et les travaux sont en cours de réalisation suivis par un groupe de travail spécifique. C’est un projet important pour 2010.
 
Nous nous efforçons de faire un colloque tous les deux ans, nous en ferons un en 2010. Je souhaite constituer un groupe de travail et le réunir dès les prochains jours pour en définir le thème ; 2010 marque les cinquante ans des indépendances africaines et les quarante ans de la création de l’Agence de coopération culturelle et technique, ancêtre de l’ l’OIF ; nous devrions trouver là des pistes pour faire vivre le dialogue des cultures et la civilisation de l’universel de Senghor. Il serait bon que les membres du comité d’organisation du colloque de 2008 fassent partie de ce groupe de travail pour que nous puissions valoriser notre expérience, mais il faudrait également que d’autres membres du Cercle les rejoignent. Ceux qui sont intéressés peuvent-ils donner leur nom dès ce soir à notre secrétaire générale à cette fin?
Encore très bonne année à tous.