alt
Anne MAGNANT, Présidente du Cercle Richelieu Senghor de Paris, a remis le Prix Richelieu Senghor 2010 à l’issue du colloque organisé par le cercle Richelieu Senghor le 1er décembre 2010, au Palais du Luxembourg, à Paris : «50 ans après les indépendances africaines, 40 ans après la conférence de Niamey, que peut apporter la francophonie au 21ème siècle?». Pour contribuer à la célébration de ces deux anniversaires, le jury, présidé par Bernard DORIN, ambassadeur de France, a décerné le prix à
Jean-Louis ROY, Ancien secrétaire général de l’Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF)
dont l’action a fortement concouru au renforcement de la francophonie institutionnelle.
Jean-Louis Roy est titulaire d’une maitrise es art en études médiévales et d’un Ph. D en histoire. Après avoir dirigé le centre d’études canadiennes françaises de l’Université McGill, il a été directeur du quotidien Le Devoir à Montréal puis Délégué général du Québec à Paris.
De 1990 à 1998 M.Roy a été Secrétaire général de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), devenue Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF). Au cours de ses deux mandats (1990-1993 et 1994-1998), il était chargé de mettre en œuvre les décisions des Sommets de Chaillot, Maurice, Cotonou et Hanoi ainsi que d’animer la coopération multilatérale francophone. C’est notamment grâce à sa compétence, son dynamisme et sa clairvoyance que les orientations nouvelles visant à donner à la Francophonie un rôle plus politique ont pu aboutir et que les importantes réformes décidées par les Sommets se sont concrétisées. Jean-Louis Roy a préparé les dossiers, fait connaître aux pays membres les objectifs en matière politiques, économiques et sociales, appuyé les gouvernements dans la mise en place des réformes institutionnelles amorcées dans leurs pays respectifs, présenté les résultats obtenus et les difficultés rencontrées. Il a également participé aux grands débats des Nations Unies, de l’OUA, de la Banque mondiale et aux Conférences mondiales sur l’environnement, le développement social, la démographie et les Droits de l’homme. Il a toujours été animé par la volonté de promouvoir le développement et la coopération, la bonne gouvernance et le respect des valeurs démocratiques et de la liberté.
Depuis 2008, Jean-Louis Roy dirige l’Observatoire mondial des droits de l’homme au Centre de recherche en droit public de la faculté de droit de l’Université de Montréal; il est, par ailleurs, président de Partenariat International, société conseil en relations internationales et en affaires publiques, et de la Fondation Partenariat Solidarité, qui œuvre à l’éducation des jeunes filles au Burkina Faso. Il préside en outre le conseil d’administration du Centre de la francophonie des Amériques.
Le prix Richelieu Senghor est placé sous le Haut patronage de Monsieur Abdou DIOUF, ancien Président du Sénégal, Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie. Attribué pour la première fois en 1989, il distingue des personnalités dont l’action contribue de façon exceptionnelle au rayonnement de la langue française et de la francophonie. Par son prix, ses colloques et ses dîners-débats mensuels, le Cercle Richelieu Senghor de Paris est un lieu de réflexion et une tribune internationale de la Francophonie et du dialogue des cultures.
Contacts : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Siège social : 4, rue du Cardinal Lemoine, 75 005 Paris Site Internet:www.cercle-richelieu-senghor.org