Les Vallées vaudoises sont situées dans le Piémont, sur le versant oriental de la chaîne qui sépare le haut Dauphiné du Piémont, au nord du Mont Viso, à l’est du Queyras, au sud du Mont Genèvre.

Dans les trois vallées vaudoises, les vallées du Chisone, de la Germanasca et du Pellice, la langue française est connue depuis le 16ème siècle et utilisée couramment dès le 17ème siècle, quand elle a remplacé le franco-provençal. Au 17ème siècle, après leur adhésion à la Réforme, (synode de Chanforan de 1532), les Eglises vaudoises ont renforcé les liens avec leurs frères d’au-delà des Alpes en maintenant d’étroites relations avec les Eglises réformées de Suisse. A la suite de la peste de 1630, qui décima la population des Vallées, le nombre de ministres des cultes venant de Genève augmenta ; de ce fait, la langue française devint la langue de l’Eglise et se répandit ainsi parmi les habitants des Vallées. Encore aujourd’hui, bien que le catéchisme, la Bible et la plupart des cultes soient en italien, sa connaissance est répandue et de nombreuses familles l’utilisent couramment.

Les Vallées vaudoises sont caractérisées par un patrimoine linguistique qui comprend les langues occitanes locales, le français, l’italien et le dialecte piémontais. Distribuées dans la population, ces variétés linguistiques ont cohabité au fil des ans, le français et l’occitan régressant en face du piémontais et surtout de l’italien.

Le français et l’occitan ont une place importante dans l’histoire des Vallées, caractérisée par un échange constant avec l’autre versant des Alpes et aussi avec la Suisse romande en ce qui concerne les milieux culturels et religieux.

L’Eglise vaudoise doit son nom à Pierre Valdo, un marchand lyonnais qui, entre autres, fit traduire les Evangiles en franco-provençal. Il prêchait la pauvreté. Ce mouvement s’est étendu dans une large partie de l’Europe, mais, à la suite de différentes persécutions au cours des siècles, la présence de l’Eglise vaudoise s’est réduite à la seule Italie, avec une forte concentration dans les Vallées vaudoises du Piémont.

A la différence de la Vallée d’Aoste qui jouit d’une autonomie spéciale de par la constitution italienne, les Vallées vaudoises n’ont pas de statut spécifique au sein du Piémont.

Retour